Logo pour impression Dryopteris ardechensis

Dryopteris ardechensis

bandeau plante moment

Le dryoptéris de l’Ardèche – Dryopteris ardechensis

Les Dryopteris font partie du groupe des fougères. Il en existe environ 300 espèces, dont certaines poussent à l’état sauvage en France. Le mot « Dryopteris » vient du grec « drus » qui veut dire « chêne » et « pteris » qui veut dire « fougère ». Il fut attribué par Dioscoride (médecin grec) à des fougères se développant dans les bois de chênes.

Bandeau - fougères © AdobeStock
ILLUSTRATION Dryopteris © Frederic Muller.jpg

Une grande famille

Les fougères comptent environ 13 000 espèces dans le monde. La majorité des espèces se rencontrent dans les régions tropicales dont une bonne proportion sont épiphytes, c’est-à-dire qu’elles vivent en hauteur accrochées sur les branches d’arbres. Notre collection, présentée en partie dans ce Jardin d’ombre, est composée de plus de 500 espèces dont près de la moitié pousse en Europe occidentale.

Une fougère rare

Le dryopteris de l’Ardèche porte son nom à cause de son aire de répartition très restreinte qui se limite aux départements de l’Ardèche mais aussi du Gard et de la Lozère. Elle est classée comme espèce vulnérable sur la liste rouge des espèces menacées. Ceci veut dire qu’elle est confrontée à un risque élevé d’extinction à l’état sauvage dans un avenir qui pourrait être très proche.

Conseils de culture

Les Dryopteris sont de superbes fougères qui peuvent être caduques ou persistantes, suivant les espèces et le climat. Ce sont des plantes robustes et bien rustiques. Elles sont plutôt faciles à cultiver car elles sont rarement malades ou attaquées par des parasites.

Elles se plaisent en situation fraîche et ombragée, à l’abri du soleil brûlant, dans un sol humifère et léger. Ce sont des plantes idéales à installer en sous-bois mais également en rocaille ombragée ou autour d’un bassin.

Parmi elles, Dryopteris filix-mas, ou fougère-mâle, une espèce robuste, à grandes frondes vertes et caduques. Au jardin, d’autres Dryopteris sont très intéressants pour leurs couleurs, comme Dryopteris erythrosora, qui au printemps prend des teintes rose cuivré. Dryopteris wallichiana, quant à lui, porte des frondes d’un beau vert brillant, contrasté par un axe central (rachis) brun.

Plan_web - DRYOPTERIS.jpg
 

Archives

 

 

Dernière modification : 31/08/2021 15:55