Logo pour impression Evolution des missions d'un Jardin botanique au fil du temps

Evolution des missions d'un Jardin botanique au fil du temps

Bandeau histoire

À Lyon, les fonctions et les missions des jardins botaniques ont évolué parallèlement à l’histoire et aux besoins de la ville. D’abord utile aux médecins et aux vétérinaires, la botanique sera par la suite indispensable à différents secteurs économiques. Aujourd’hui les jardins botaniques remplissent une triple mission de conservation, de recherche et de pédagogie, dans une stratégie mondiale pour la conservation des plantes sous l’égide du BGCI (Botanic Gardens Conservation International).

barre point

Evolution des missions d'un Jardin botanique au fil du temps

La connaissance des plantes utilitaires :

L’essor incroyable de la botanique est le résultat d’un long processus débuté avec les herboristes, les médecins et les agronomes dès le XVème siècle. D’abord utiles aux médecins et aux vétérinaires, les plantes sont devenues, à la fin du XVIIème siècle, nécessaires à d’autres corps de métiers présents à Lyon. Elles servent en effet de matières premières aux agriculteurs, aux ébénistes, aux teinturiers, aux chimistes et en particulier aux soyeux, principaux industriels de la ville. C’est l’époque où les sciences de la botanique sont la clef de voûte de nombreuses activités économiques. Les missions du jardin sont alors véritablement tournées vers des aspects utilitaires.

Exposer les richesses des colonies :

Sous le Second Empire, la vocation de ce jardin évolue et tend à porter à la connaissance du public les progrès de l'agriculture, des sciences-naturelles, et surtout la diversité des plantes exotiques importées des Colonies. Les collections de plein air sont enrichies en 1888 d'un jardin alpin et d'un jardin mexicain et, dans les Grandes serres, le pavillon central devient au fil des décennies un véritable jardin tropical. Dans l’école florale, le public admire les nouveautés obtenues par les jardiniers du parc et les horticulteurs de la région qui inspirent largement les élèves de l’École des Beaux-Arts et les dessinateurs de l’industrie de la soierie.

Conservation, Recherche, Éducation :

Aujourd’hui, les plantes ne sont plus autant au cœur des activités économiques de la cité. Depuis les années 1970 les jardins botaniques du monde sont devenus des institutions scientifiques impliquées dans la conservation des plantes. Le Jardin botanique de Lyon appartient à ce réseau de plus de 1770 jardins et arborétums répartis dans 148 pays, impliqués dans la mise en place et le développement d’une stratégie mondiale pour la conservation des plantes animée par le BGCI (Botanic Gardens Conservation International). Ses missions de conservation passent notamment par la recherche et l’éducation.

 

 

Dernière modification : 12/01/2016 10:08