Logo pour impression certification ISO 14001

certification ISO 14001

Le Jardin Botanique de Lyon certifié ISO 14001
Un engagement reconnu pour la protection de l’environnement


Les différentes activités du Jardin Botanique sont en effet sources d’impacts non négligeables sur l’environnement. C’est par exemple le cas des prélèvements d’eau pour l’arrosage, de la consommation d’énergie pour le chauffage des serres, de la production et de la gestion de déchets (végétaux, verre…), de l’utilisation de ressources non renouvelables pour les cultures (tourbe…), du recours à des produits phytosanitaires dangereux pour la protection des végétaux, ou du bruit et de la pollution des engins à moteur.

Afin de mieux maîtriser ces impacts et de donner un cadre à sa progression, la Direction des Espaces Verts de la Ville de Lyon dont le Jardin Botanique fait partie, a décidé dès 2002 de mettre en place un système de management environnemental selon la norme ISO 14 001 sur l’ensemble de ses activités. La norme ISO 14001 décrit une méthode pour guider un organisme, quel qu’il soit, dans l’amélioration de ses performances environnementales. La certification par un organisme indépendant apporte la reconnaissance des progrès mis en place et garantit une organisation fiable pour une bonne maîtrise des impacts environnementaux. En 2005, la Direction des Espaces Verts a donc été certifiée pour l’ensemble de sa démarche de Gestion Evolutive Durable des espaces verts lyonnais.

 
laboratoire

La démarche d’amélioration au Jardin Botanique a débuté par un diagnostic environnemental dont l’objectif était de répertorier la totalité des impacts des activités du jardin sur l’environnement. Ces impacts ont été hiérarchisés selon leur gravité en tenant notamment compte des exigences réglementaires. Ils ont ensuite permis de définir des plans d’actions prioritaires dans le but d’améliorer les performances environnementales du service. Depuis, la réactualisation régulière du système permet de définir et de planifier de nouveaux objectifs d’amélioration.

De nombreuses démarches ont déjà abouti et des grands projets sont encore en cours. Ainsi, un laboratoire de recherche a vu le jour en 2004, il permet entre autres la conception de protocoles de conservation des graines, ou encore la multiplication in vitro des espèces végétales les plus fragiles.

lutte bio

Depuis plusieurs années, les jardiniers botanistes pratiquent la protection biologique intégrée dans les serres du jardin, il s’agit de protéger les plantes contre les ravageurs (insectes, champignons…) par le biais de méthodes biologiques (détection de seuils d’infection, lâchers d’insectes " auxiliaires ") à la place des méthodes chimiques traditionnelles très polluantes et dangereuses pour leurs utilisateurs.

De même, plutôt que d’utiliser des désherbants très polluants pour se débarrasser des herbes qui envahissent les massifs, on pratique aujourd’hui le désherbage thermique et si possible manuel.

Le Jardin Botanique de Lyon se prépare à recevoir l’agrément CITES sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction, dans un souci de participer en toute transparence à des échanges de plantes avec des partenaires du monde entier.

Il s’engage également dans un ambitieux programme d’orientation et de valorisation des collections, d’amélioration des conditions de culture et de prélèvements dans les milieux naturels, dans le cadre d’une stratégie internationale de conservation des espèces.

Et parce que l’environnement concerne toutes les générations, le Jardin Botanique développe un important travail pédagogique et de nombreuses expositions pour sensibiliser petits et grands à l’urgence de la protection de l’environnement.

La Jardin Botanique de Ville de Lyon est précurseur en la matière, il est le premier à s’engager de la sorte en faveur de l’environnement. Un statut d’exemple qui devrait donner des idées…