Logo pour impression Bulbophyllum phalaenopsis

Bulbophyllum phalaenopsis

bandeau article du moment

Bulbophyllum phalaenopsis J.J. Smith, 1937

Bandeau_Bulbophyllum_phalaenopsis.jpg
Détail de l'inflorescence - © Léonce Carré 

Un parfum envoûtant… pour les mouches

Orchidée endémique des régions chaudes et humides de Nouvelle-Guinée, cette espèce est surtout spectaculaire au niveau de son feuillage et pour le moins curieuse en ce qui concerne ses fleurs. Les feuilles peuvent atteindre 1 m de long sur 10 cm de large.

Au Jardin botanique de Lyon, un exemplaire de cette orchidée est cultivé en serre chaude et humide, fixé sur une plaque de liège maintenue constamment humide, support limitant la croissance des feuilles (4 au maximum) ; les plus grandes frôlent les 50 cm de long sur 9 cm de large.

L’inflorescence en grappe compacte est très particulière. Les fleurs de couleur rouge brun, comme de la viande, sont couvertes de poils blanchâtres imitant la présence d’asticots. Le parfum nauséabond que les fleurs dégagent semble loin d’être un atout pour cette plante. Cependant, les mouches, y compris celles de nos régions, pollinisateurs « officiels » raffolent de cette odeur pestilentielle.

L’espèce fut nommée par Johann Jacob Smith en 1937 : Bulbophyllum phalaenopsis. La dénomination de Phalaenopsis est probablement due au rapprochement fait par le botaniste avec Phalaenopsis gigantea, autre espèce qu’il avait décrite en 1909, dont les feuilles vont jusqu’à 1 m de long sur 20 cm de large. En effet, le terme de Phalaenopsis est le seul point commun de ces 2 plantes


Bibliographie :
R.Bellone : Orchidées, Guide de l’amateur, Ed. Belin, 2004.
P. Descouruières : Encyclopédie des orchidées tropicales, Ed. Ulmer, 2011.
A. Poliquin : Les orchidées Phalaenopsis,Ed. Trécarré, 1996.

Auteur : Patrick Avoscan


 

 

Dernière modification : 01/08/2016 16:56