Logo pour impression La plante du moment

La plante du moment

bandeau plante moment

L’oranger des Osages – Maclura pomifera

Originaire du Sud-Est des Etats-Unis cet arbre a hérité son nom d’une tribu indienne installée sur ces territoires, habituée à exploiter cette essence. Au-delà de la création d’arcs, cette plante a de nombreux usages.

BANDEAU - Maclura pomifera
ILLUSTRATION - Maclura pomifera.jpg

L’arbre d’une tribu
Une tribu indienne du Sud Est des États-Unis s’appelait les « Wazházhe ». Les trappeurs Français qui parcouraient les territoires de la Louisiane française (colonie française allant des grands lacs au golfe du Mexique au 17ème et 18ème siècle) ont déformé ce nom et ont nommé cette tribu, les « Osages ». Ces indiens appréciaient cet arbre pour son bois, dont ils tiraient des arcs, et le latex de ses fruits pour ses qualités tinctoriales.

De nombreux usages
Le bois du Maclura est solide, possède un grain très fin et se courbe naturellement. On comprend que les Osages l’aient choisi pour la confection de leurs arcs. Cette qualité, associée à un caractère imputrescible, en font un bois idéal pour la confection de manches d’outil ou de poteaux. Il se taille bien et peut être utilisé en haies. En Europe de l’Est, on l’utilise comme plante médicinale. Proche du mûrier, des expérimentations non concluantes furent menées pour nourrir les vers à soie dans les régions où son cousin ne supportait pas le froid. Aujourd’hui on l’utilise pour l’ornement.

Conseils de culture
L’oranger des Osages est rustique jusqu’à -25°C quand le mûrier des sériciculteurs n’apprécie pas les températures inférieures à -15°C. Cette caractéristique justifie les tentatives d’utilisation de cette espèce pour l’élevage des vers à soie qui aurait pu se développer jusqu’à Paris si elles n’étaient pas restées infructueuses. Le Maclura est peu exigeant et relativement résistant à la sécheresse. Il apprécie le soleil mais peut se contenter d’une exposition mi-ombragée. Sa croissance sera plus rapide si le sol est amendé et qu’il bénéficie de quelques arrosages, notamment les premières années.

Vous pouvez obtenir votre spécimen à partir de semis ou de bouture. Pour réussir votre semis, enterrez une fausse orange, entière, ou découpée en quartiers directement en pleine terre à l’automne. Le froid de l’hiver est indispensable pour que les graines germent. Vous verrez le résultat de votre semis au printemps suivant. Les boutures, quant à elles, reprennent bien en été ou à l’automne.

Plan_web -  MACLURA POMIFERA.jpg
 

Archives